Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for janvier 2007

Bien sûr, j’ai vu quelqu’un dire qu’il était catholique hérétique et qu’il ne croyait pas à la toute puissance de Dieu (il est sur la bonne voie pour l’athéisme), mais les résultats publiés par le Monde sont ahurissants !

  • Seuls 52 % des catholiques jugent « certaine » ou « probable » l’existence de Dieu. 48 de catholiques qui … quoi ? Il ne croient pas à l’existence de Dieu ?
  • Et c’est une minorité (18 %) qui croit en un « Dieu personnel » – vérité fondamentale du christianisme – contre une grosse majorité (79 %) qui identifie Dieu à une notion plus vague de « force, énergie ou esprit ». 79 % d’hérétiques (+ 1) que Benoît devrait surveiller, ils finiront par lui pondre un schisme un de ces jours !
  • 58 % croient à la résurrection du Christ et 38 % à la virginité de Marie. Heh ! le Christ à plus la cote que Marie.
  • Seules résistent les croyances aux miracles (64 %), au diable (33 %), à l’idée que la mort n’est pas « l’étape ultime » (74 %). 🙂 Il y a des bonnes chances que là dedans il y ait des agnostiques à gogo quand même.
  • Donc, il y en a plein qui se disent catholiques sans savoir ce qu’un catholique est !

    Bah ! un gros paquet de superstitieux qui ne se rendent pas compte des inepties qu’ils racontent. J’ai encore une fois le sentiment de m’y connaître en christianisme mieux que la majorité des chrétiens.

    Non pas seulement ce sont des catholiques de pacotille du dimanche, mais en plus ils font chier !

    Un élément d’identité commune demeure très fort : l’appartenance à une Eglise dont les catholiques ont plutôt une bonne image (76 %). Benoît XVI obtient 71 % d’opinions favorables (contre 18 %). Les mêmes réclament pourtant ardemment le mariage des prêtres (81 %) et l’ordination de femmes-prêtres (79 %), des réformes qui font figure d’épouvantail à Rome.

    Il y a 18 % des catholiques qui contestent le Pape ? Comment est-ce possible ? (:-D) Et si je comprends bien parmi le 71 % qui l’approuvent (ce qui fait 11 % sans opinion ?), il y en a quand même une majorité nette qui conteste deux de ses décisions. Le schisme, le schisme, Benoît fait gaffe 😉

    Publicités

    Read Full Post »

    RETRACTED

    Il n’y a pas si longtemps que ça, la question a été posée sur la Toile de la possibilité de revenir sur la publication d’un papier scientifiques après qu’il ait été accepté pour publication. Il y en a qui ne semblent pas être au courant que ceci arrive, heureusement pas très souvent.

    Mais pour avoir une référence à citer, je garde ici le cas des Mark et David Geier et de l’affaire Lupron, suivie de près par Kathleen Seidel.

    Read Full Post »

    Jim Downey (Unscrewing The Inscrutable) présente un morceau d’anthologie qui doit intéresser, en dehors des chats en général, les psychiatres, psychologues, sociologues, anthropologues etc. Tout ceux qui peuvent se poser des questions au sujet de la connerie chez les humains. Et les conneries des créationistes (ancienne ou nouvelle mouture, peu importe) m’intéressent.
    Celle-ci est peu commune, et elle contient un exemple de raisonnement qui mérite non pas seulement d’être consigné pour qu’il ne soit pas perdu, mais aussi d’être affiché en pointant du doigt les auteurs.

    Du site des Témoins de Jehovah, sous le titre ‘Are cats for true christians?’:

    First, let us consider what most scholars agree is the etymology (word derivation) for the English term ‘cat’. When analyzed with the Latin ‘felis cattus domesticus’, the original Koine Greek is ‘cur.io huma bes-tia’1, means ‘a contemporary housecat with all of its beastly identifying characteristics and behavior.’ A faithful servant of Jehovah would quickly notice that the nature of a cat is so marked as being ‘beastly’2. The Bible makes clear reference to this condition when describing parts of Satan’s organizations, both past and present. For instance, consider the fearsome ‘beasts’ as described in the book of Daniel or the ‘scarlet colored wild beast’ in Rev. 17:3. …

    Soit ils ne parlent pas le Koine, soit le mien s’est sérieusement dégradé depuis quelques minutes, je ne vois vraiment pas ce que ‘cur.io huma bes-tia‘ signifie ! Remarquez au passage l’efficacité de la Koine qui compacte ‘a contemporary housecat with all of its beastly identifying characteristics and behavior’ !

    Clearly, the Bible – by using this kind of terminology – shows beyond any reasonable doubt that the basic nature of cats, while created perfect by God, has become evil or ‘beastlike’ since the fall of Adam six thousand years ago3, and more probably, since the Great Flood of Noah’s time (c2350 B.C.E.)4. This is a development of the condition borne by the ‘Original Serpent’, the ‘Great Dragon’ Lucifer himself. (Gen. 3:1) Indeed, modern studies of classification of cats, while not necessarily being reliable as they may be based on the discredited ‘theory’ of evolution5, strongly associate felines with serpents6 (despite some external differences in physiology and morphology, which confuse those who do not study these matters deeply7).

    Bon, jusque là nous avons appris qu’il est probable que les chats soit vraiment des créatures du diable, probablement depuis 6000 ans, probablement depuis Noé (on ne sait pas bien), que les chats sont classés proches des serpents (en classification, parce que sinon ce n’est pas le grand amour), que la ‘théorie’ de l’évolution est discréditée; pas mal, pas mal, mais il y a mieux qui vient, accrochez vous.

    The Bible does not say that cats were not present at Herod’s birthday party when John the Baptist was beheaded8. History shows that cats were most likely present at this tragic party that Jehovah did not approve of. Clearly then, as loyal Christians, why would we even want to associate with animals that are without a doubt of such bad influence, remembering how true are the Bible’s words: ‘Bad associations spoil useful habits’! -1 Cor. 15:33. Some have exposed themselves to possible spiritual contamination in this way9. To invite cats in our house is to toy with disaster10. Can one deny that the chance exists that the same grave consequences could visit your home that fell upon John?11

    Jim commente cette partie : « You mean, I could have my head cut off because I had something in my home which the Bible did not say was not present at Herod’s birthday party? Whoa…that would imply that we could only have things in our homes which the Bible specifically mentions at being present there. Huh. Gotta love reasoning like that.« 
    Le raisonnement est fabuleux ! Mais ce n’est pas fini, gardez le casque et les sangles de sécurité, ne jouez pas avec votre vie 😉

    If, on the other hand, one took the view stated on page 128 of the abovementioned Watchtower, and consider that the pet or any other animal is under the ultimate jurisdiction of a Christian12, who therefore bears responsibilities (Eccl. 12:13,14; Jas. 4:17, 1 Pet. 3:21) that are essentially parental in nature. The cat is a dependant. In harmony with this, surely it is the parent’s obligation before God to ensure the feline pet is treated as one would an unruly child who repeatedly refused to obey its parents, or of one who committed apostasy13. Unfortunately in the case of human offspring, one is limited by the laws of the higher authorities of the land as to what scripturally-ordained punishment may be meted out, as compliance with both sets of laws is necessary in such areas.14 This may not always be the case in terms of felines, where the fact that we are not living in theocratic countries may not prove such an impediment to what God requires of us, as manmade law may not afford such unmerited protection to cats as it does to humans.

    Putain de merde ! Heureusement que nous ne vivons pas dans des théocraties, ces cons iraient peut-être jusqu’à tuer les enfants qui ne sont pas obéissants ! Pour suivre ce que la Bible conseille. A la limite, pour les chats ce n’est pas grave, mais il faut les garder à l’oeil.

    Jim conclue par « Maybe it’s not the cats which are evil« .
    Je pense que nous ne savons toujours pas si les chats sont méchants, mais au moins c’est certain que ces Témoins de Jéhovah sont des connards patentés et potentiellement dangereux.

    Read Full Post »

    Darwin awards

    Les Darwin awards proposent une série de cas patents de génétiquement indéterminé.

    J’aime bien ce site qui propose des histoires insolites, mais en y réfléchissant un tout petit peu je suis persuadé qu’in est mal nommé et son sujet n’a rien à voir avec papy Darwin :

    We salute the improvement of the species by honoring those who accidentally remove themselves from it, thereby ensuring that the next generation is one idiot smarter. Of necessity, this award is (generally) bestowed posthumously.

    « accidentally remove themselves » !

    Les accidents décrits, le plus souvent le produit de la connerie humaine, n’ont pas de déterminisme génétique. La connerie n’en a pas en général.

    Je pense que la connerie est un caractère acquis durant l’éducation, fort probablement pas lié à l’intelligence ou l’idiotie qui, elles, ont une part innée. C’est probablement parce que j’ai fréquenté pas mal de personnes à QI élevé et manifestement connes, certaines à un point effrayant ! Ce qui fait relativiser la satisfaction (éventuelle) qu’on pourrait tirer de ses propres résultats aux test d’évaluation du QI.

    Un trait analogue à la connerie pourrait (devrait ?) s’ajouter à ma liste de génétiquement indéterminé : la religiosité et/ou tendance à la superstition et/ou propension à croire au surnaturel. (il faudrait un beau néologisme pour designer ce paquet de comportements)

    Il y en a qui pensent que c’est un trait de caractère qui a été sélectionné lors de l’évolution de l’espèce, mais je ne suis pas vraiment convaincu par les études réalisées ou en cours. Même s’il soit prouvé qu’il y a un déterminisme génétique j’ai le sentiment qu’il sera plutôt une prédisposition.

    Et je me demande si les psy finiront un jour par le classer dans une famille de comportements avec la connerie.

    Read Full Post »

    mumuse

    Faire mumuse avec des questions à la mord moi le noeud peut être un passe-temps, qui quoique non approuvé par mon chat (qui est privé des caresses occasionnelles pendant les périodes de lecture), passe-temps auquel je m’adonne les longues soirées d’hiver. Ca tombe bien, nous sommes en plein hiver, les soirées sont pas mal longues, et j’avais envie d’aborder une question bizarroïde histoire de m’amuser un peu. Que je vous raconte.

    Posons le problème : est-ce possible à partir de deux gradients dont les axes sont perpendiculaires d’arriver, en ne considérant pas d’éléments physiques mais uniquement chimiques à déterminisme génétique strict, à quelque chose qui ressemble à un tétrapode, avec quatre membres donc, avec différentiation des membres antérieurs et postérieurs et éventuellement, pour le faire ressembler un petit peu à une gastrulation trouver le déterminisme de la cassure observée ?

    C’est le genre de modèles phénoménologiques (qui tiennent à peine compte de ce qui est connu quant au déroulement de l’expression différentielle des gènes) et qui ne valent pas grand chose qu’il faut éviter de prendre pour des découvertes de haut niveau.

    J’ai ouvert donc un dossier nouveau appelé joujou et je m’y suis mis.

    D’abord les gradients, en belles couleurs, rouge pour celui dont l’axe est horizontal, bleu pour celui dont l’axe est vertical et je les superpose pour avoir une vue d’ensemble qui est bien mignonne. Remarquons que j’ai pris le soin pour le bleu de poser le maximum en bas de l’image et pour le rouge au centre. Les deux gradients sont linéaires, par flemme plus qu’autre chose. J’aurais pu m’amuser à les rendre plus réalistes… Mais je me suis dit que c’était juste pour avoir une idée.

    gradients1.jpg

    On voit bien qu’il y a des zones qui pourraient correspondre à quatre domaines qui sont le produit des deux gradients. Mais comment les visualiser mieux ? Et si j’étais une cellule plongée dans ce mélange je percevrais quoi ? Probablement les contours de niveau de concentration des deux gradients. Alors, va pour le « tracé des contours ».

    TdC1.jpg

    Oups ! On ne voit pas grand chose, damn it! Réfléchissons un peu, passons la main dans la fourrure du chat, source d’inspiration (c’est bien connu, non ?). Ah mais oui ! Quid des niveaux ? Il est probable que ce soit juste discret ! Essayons avec « niveaux automatiques » (suite…)

    Read Full Post »

    l’air du temps

    Quelque chose me dit que l’anti-darwinisme galopant (plus ou moins vite) est à la mode 🙂

    C’est amusant de constater que est en train d’écrire tranquillement des posts (#1, #2) que Vincent Fleury devrait lire, même si le #1 ne l’intéresse pas directement. (peut-être même ). Bien sûr il n’a pas lu le fil de discussion SLT et je n’ai pas voulu le déranger tant que la théorie de VF n’est pas publiée en anglais (toujours cette flemme de traduire), mais en partant d’un autre point intéressant per se, , un des IDiots de , il se trouve obligé de traiter les mêmes points.

    Il faudrait peut-être faire un central pour concentrer les posts et éviter à raconter les mêmes choses plusieurs fois.

    tags :

    Read Full Post »

    J’étais en train de me demander ce que Vincent Fleury pourrait inclure comme items dans son topo « Génétiquement Indéterminé » (22-01-2007 à 23:21).

    Je me suis dit que ça serait bien que je me fasse une liste d’éléments « génétiquement indéterminés ». Bien entendu pas à propos de n’importe quoi ! L’intérêt se limite à ce qui a un génome et qui est génétiquement indéterminé. Sinon la liste risque d’être longue, très longue. Par exemple ça n’a pas de sens de dire que l’orbite lunaire est génétiquement indéterminée. (j’espère que par « génétiquement indéterminé » il entend qui n’a pas de déterminisme génétique).

    De premier abord on peut être perplexe ! Surtout si on est biologiste. Mais avec un peu de réflexion on arrive à trouver des exemples « nets, clairs et sans bavure » (et je salue ici le Pr. J-M Bové, qui m’a enseigné la bio. mol. des procaryotes et dont c’était une des expressions préférées).

    L’exemple de l’écureuil volant m’est venu à l’esprit à l’instant même où j’ai eu envie de commencer la liste. Puis je me suis rappelé qu’à Bornéo il y a plein d’animaux volants qui en fait comme l’écureuil volant ce ne sont que des planeurs, il ne volent pas vraiment puisqu’ils n’ont pas de technique de propulsion dans l’air. Ils se contentent de sauter-planner. Il n’y a pas que des écureuils qui planent à Bornéo; il y a aussi des grenouilles [Rhacophorus nigropalmatus, Rhacophorus dulitensis, ici en train de s’envoyer à l’air : (pendant, après), Rhacophorus pardalis), les serpents [Chrysopelea paradisi], des lézards dont Draco volans qui est impressionnant et qui le dévient encore plus quand on apprend qu’il peut couvrir des distances de 50 m (! mètres !) et qu’on considère sa taille, puis plein d’autres bestioles (source).

    Tous ses tétrapodes ont en commun un trait qui n’a AUCUN déterminisme génétique, qui ne nécessite AUCUN élément de biologie pour être parfaitement compris et qui peut être exprimé avec des équations mathématiques qui ont des solutions EXACTES sans prendre en compte l’expression du génome. (suite…)

    Read Full Post »

    Older Posts »