Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for septembre 2006

a list

Raymond CHIAO

Jacques ARSAC : UIP – Templeton

Mario BEAUREGARD : UIP – Templeton

Raymond CHIAO : UIP – Templeton

Freeman DYSON : UIP – Templeton

Bernard D’ESPAGNAT : UIP – Templeton via CTNS, programme financé par Templeton

Nidhal GUESSOUM : UIP – Templeton

Stanley KLEIN : UIP – Templeton via Metanexus, financé par Templeton

Jean KOVALEVSKY : UIP – Templeton

Dominique LAPLANE : UIP – Templeton

Mario MOLINA : UIP – Templeton

Bill NEWSOMe : UIP – Templeton

Pierre PERRIER : UIP – Templeton

Lothar SCHAFER : UIP – Templeton via CTNS

Charles TOWNES : UIP – Templeton

TRINH XUAN Thuan : UIP – Templeton

Collectif 1

Collectif 2

Read Full Post »

  1. donner un exemple que la théorie de l’évolution a expliqué parfaitement et l’accepter comme tel
  2. faire digression en parlant d’autre chose
  3. donner un exemple que la théorie de l’évolution a expliqué parfaitement et l’accepter comme tel, avec un zeste d’incrédulité
  4. donner un exemple que la théorie de l’évolution n’a expliqué pour l’instant et dire qu’elle est incapable de le faire
      En présentant l’exemple faire les erreurs suivantes :

    1. présenter une séquence d’évolution qui ne repose pas sur des données
    2. ne présenter qu’un seul facteur de sélection, faisant fi du reste de l’écosystème
    3. oublier de considérer que des traits phénotypiques peuvent évoluer indépendamment
    4. oublier de considérer que des traits phénotypiques ayant évolué indépendamment peuvent se combiner
    5. considérer un autre trait phénotypique en dehors du contexte
    6. Conclure que l’exemple n’est pas explicable par la théorie de l’évolution.

En acceptant les deux premiers exemples, présentés en citant les écrits d’autres que soi, on donne l’impression d’être au courant du sujet et de la théorie de l’évolution. Tellement au courant, qu’on peut être magnanime, même quand on voudrait garder un doute.
Ca rend plus crédible l’incrédulité qui va suivre à propos d’un exemple présenté de façon brouillonne (mais qui va s’en rendre compte), de propos tronqués (volontairement ou pas), et biaisé en confondant génotype avec phénotype et plusieurs traits phénotypiques à la fois.

C’est une insulte à l’intelligence et à la puissance du raisonnement (scientifique ou non) !

Application pratique :

  1. insectes à stade larvaire long (pluriannuel); insister sur sur l’extraordinaire étendue du caractère explicatif du darwinisme
  2. parler d’astronomie et de physique et mine de rien introduire une composante téléologique dans l’approche : Mais la question fondamentale pour juger de la validité du darwinisme devient alors : « Quelle est exactement la puissance de la sélection naturelle ? » Peut elle vraiment accomplir tout ce qu’il faut ABSOLUMENT qu’elle accomplisse pour que le darwinisme puisse expliquer l’évolution ?, le point introduisant la déviation étant « tout ce qu’il faut ABSOLUMENT qu’elle accomplisse« 
  3. parler de Lampsilis ventricosa et dire que : J’espère que les darwiniens qui me liront admettront que j’ai vraiment l’esprit large, car je suis sûr que bien des lecteurs « neutres » penseront que je fais une concession trop importante au darwinisme en acceptant une explication aussi alambiquée ! pour faire croire qu’il a l’esprit large, là où simplement il manque d’arguments
  4. donner un exemple que la théorie de l’évolution n’a pas (encore) expliqué et dire qu’elle est incapable de le faire, par exemple se gargariser avec le Kallima de Ceylan
      En présentant l’exemple faire les erreurs suivantes :

    1. présenter une séquence d’évolution fictive, qui ne repose pas sur des données : 1/ Kallima ressemblant déjà à une feuille morte mais sans tâches sur les ailes. 2/ Kallima avec des tâches sur les ailes. 3/ Kallima avec des tâches sur les ailes ressemblant vaguement à un champignon. 4/ Kallima avec des tâches sur les ailes ressemblant vraiment à un champignon. 5/ Kallima avec des tâches sur les ailes ressemblant un peu à une espèce particulière de champignon. 6/ Kallima actuel avec des tâches sur les ailes ressemblant exactement à une espèce particulière de champignon
    2. le seul prédateur de Kallima seraient les oiseaux ? Une seule espèce d’oiseaux ? Pas des prédateurs qui aiment les feuilles vertes, et/ou d’autres espèces qui n’aiment pas se promener sur des feuilles contaminées par des champignons qui peuvent leur être pathogènes ?
    3. « feuille morte » et « infesté par champignon » sont des traits qui on pu évoluer successivement (et pas dans l’ordre présenté) ou en parallèle et ne sont probablement pas les deux seuls caractères de protection du papillon; aucune mention de la variance de ces deux traits dans la population actuelle des Kallima
    4. le nombre de séquence alternatives à celle présentée est grand, aucune donnée ne semble disponible pour privilégier l’une par rapport à l’autre et surtout manquent les données de co-évolution des prédateurs de Kallima
    5. la face externe des ailes de Kallima sont voyantes, de bleu et d’orange; ce trait est considéré comme un handicap pour le papillon sans qu’il y ait discussion quant aux avantages probables, par exemple aversion d’un(plusieurs) prédateurs pour les proies « voyantes », ce qui est le cas dans d’autres contextes
    6. Conclure que l’exemple n’est pas explicable par la théorie de l’évolution : L’existence d’une telle transition semble être en contradiction avec les concepts de base du darwinisme.; confondre évolution et complexité croissante : Si l’on prend deux espèces de papillons très proches dont une qui en imite une autre (comestible ou non) alors que l’autre n’imite rien du tout, le darwinisme prédit que, en général, l’espèce qui en imite une autre portera des dessins plus « évolués » (c’est-à-dire plus complexes) que son cousin.en faisant preuve d’ignorance de la théorie critiquée
      Profiter pour poser la question : « Mais qu’est ce qui peut donc bien faire que le dessin d’une espèce particulière de champignons ou le dessin d’un autre papillon apparaissent quasiment constitué sur les ailes d’un papillon sans que la sélection naturelle y soit pour quelque chose ? » qui pour le cas présent a une réponse simple : l’ignorance de la théorie de l’évolution de la part de Jean Staune et de ceux qu’il cite (les citations sont une manie chez lui). Réponse qui n’est pas à la portée de son audience/lectorat habituel 🙂

OK, jusqu’ici je n’ai parlé que d’une certaine technique de discussion; que vient faire Jean Staune dans le titre de ce post ? Euh ! Allez savoir, c’est peut-être parce que je l’aime bien 😉 😉

Read Full Post »